Souffle de givre

Publié le 30 Septembre 2008

Portée par le vent, écume aérienne des temps de l'insoutenable fraicheur, les yeux fermés et les sens en alertes, savourant la plénitude de la froide liberté, qui enveloppe l'etre et le consume délicieusement, céleste bohémienne des saisons nouvelles et du temps qui déferle, la muse saisonnière chevauche les éléments telle une amazone, farouche indomptée, sur une monture immatérielle. Ayant pour toute symphonie le silence, dans l'air pure du matin serein. Dévorant avidement, la vie qui s'offre à elle, dans l'harmonie cristallisée de ce froid fugueur. Idylle nouvelle entre le temps aérien et le souffle réfrigérant. Union irréelle du non etre existant, naissance de la saison à venir, a cet instant où l'avenir prend sa source dans le présent, où l'aube s'abreuve à la nuit, bientot ombre révolue, lorsque le murmure glacial réveille la vie endormie.

****Ecrit en hiver 2001****

Rédigé par Roxane

Publié dans #Poèmes

Repost 0
Commenter cet article