Sans titre

Publié le 30 Septembre 2008

La femme s'évapora...
Le poète déboussolé
le froid et le vide contempla,
quand dans son esprit ressussita
l'image de la muse envolée.
...

Tel un ardent venin qui ronge l'âme
de la vertu terrassée au massacre de l'être
J'ai cru la tenir cette redoutable femme
qui m'a fait regretter le fait meme de naitre.
...

Le destin m'a manipulé
Tel Eve par le serpent condamnée.
Mais je m'y refuse, je me déchaine
Que de ma main périsse la calomnie
Où le poison tu boiras à mes veines
Pour qu'à jamais je t'arrache la vie.

Fin des mensonges, fins des manipulations
Que périssent les illusions, et au diable la passion
Je te veux à genoux,
au pied de mon courroux.
Je te veux sacrifié
non en martyr mais en damné!


Rédigé par Roxane

Publié dans #Poèmes

Repost 0
Commenter cet article