Désarroi

Publié le 30 Septembre 2008

Qui est venu
Où avait disparu
Personne ne restait
Et mes larmes coulaient

Avant meme d'avoir été.
Un etre oublié parmis des milliers
Jamais trouvé, mais toujours effleuré.
Ah! Que la vie sait etre cruelle!
Passe temps sournois de la Demoiselle.
Je nacquis de son affront
Jeune élu pour les tourments.

Mon âme s'est tu
A jamais évaporé
dans la tiède noirceur de la rosée
d'où nul n'est jamais revenu

Je me sens cendre
Je me consumme
Suis écarlate
mais ne suis plus.

A Dieu!

Je ne serai...
Hélas nous deux!
A jamais défais...
Atroce aveux d'une mort double... solitaire...!

Rédigé par Roxane

Publié dans #Poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article